Non classé

PRAGUE – Les pavés, Charles et les clochers

Ce mois-ci, rangez vos maillots, sortez les manteaux parce que je vous emmène à Prague en République Tchèque. Etant une ville chargée d’histoire et riche en arts, je ne vous citerai pas TOUS les monuments que j’y ai vus ainsi que les anecdotes qui leur correspondent (pour ça j’ai plutôt un super guide book à vous conseiller), en revanche, vous trouverez tout sur ceux que j’ai préférés, celui qui m’a déçue, ceux que j’ai ratés pour cette fois et quelques infos pratiques.

A VOIR ABSOLUMENT

image

LE MUR JOHN LENNON – Pour la petite histoire, après la mort de John Lennon (incroyable) le 8 Décembre 1980, des jeunes tchèques lui ont rendu hommage en taguant et en graffant ce mur par des portraits, des citations de ses chansons ou de celles des Beatles. Le but ? Titiller (à peine) le sens de l’humour des communistes au pouvoir qui craignaient les effets indésirables du rock sur la jeunesse tchèque. Repeints alors, puis graffés à nouveau, les tags sont aujourd’hui permanents (et recouverts par d’autres messages laissés par des locaux ou des touristes). Et si le mur a perdu un peu de son âme d’origine, il est tout de même un lieu où règne une atmosphère pleine d’humanité. Par exemple, le jour où je m’y trouvais, après avoir pris en photo deux italiennes sans perche à selfie, soudain, le jeune tchèque qui aurait pu être mon petit frère, reprenait à la guitare Elvis Presley et son fameux « Can’t help falling in love with you ». Et là, PAIX et AMOUR sur tout l’Univers, c’est l’ensemble des personnes  présentes (italiens, allemands, indiens, …) qui s’est mis à chanter le refrain en choeur. PLUIE DE PAILLETTES ET DE FEUILLES COULEUR ARC-EN-CIEL POUR TOUT LE MONDE ! (Ce moment magique aurait effectivement beaucoup plu aux dirigeants communistes).

image

LA PLACE DE LA VIEILLE VILLE – Au cœur de Prague, dans le centre historique, cette place vous donne déjà l’occasion de voir quelques uns de ses inratables. A heure fixe tous les jours, rendez-vous au niveau de l’attroupement de touristes devant l’horloge astronomique qui offre son petit spectacle de pantins. Vous voilà alors devant la tour de l’Ancien hôtel de ville. Sur votre droite, vous pouvez voir dépasser au-dessus des toits les tours de l’Eglise Notre-Dame de Tyn. Juste derrière les « mimes-statues » dorés qui sifflent tels des oiseaux,  voici l’imposante statue style Art Nouveau du Mémorial de Jan Hus (voir plus bas). Celui-là même qui, avec son nom à peine difficile à porter et en tant que réformateur de l’église tchèque, a été brûlé pour hérésie en 1415. Ce monument est aujourd’hui le symbole du courage et de la lutte contre l’oppression, rien que ça.

image

LE PONT CHARLES – Aussi incontournable que Montmartre à Paris (et avec autant de caricaturistes, de vendeurs de babioles et donc de touristes), le Pont Charles est le plus vieux de Prague. Inauguré en 1357 par le Roi Charles IV (le voilà !), ce pont gothique a vu s’accrocher à ses balustrades 30 statues baroques par les catholiques au 17ème et 18ème siècle. L’une d’entre elle par exemple représente Saint Jean Népomucène, un prêtre jeté par le roi au-dessus du pont pour avoir refusé de lui dévoiler ce que lui avait confessé la reine (ouais, ouais, ouais). Une fois décédé, une auréole serait apparue à la surface de l’eau, d’où l’auréole de la statue. CONSEIL – Pour plus de tranquillité et de plus jolies photos que quand il est chargé de monde, il est conseillé de s’y rendre en fin de journée ou en début de matinée quand la brume de la nuit commence à disparaître.

image

LE MÉMORIAL DES VICTIMES DU COMMUNISME – Cet endroit au pied de la colline de Petrin est saisissant. Il a été érigé 12 ans après la fin du communisme par l’artiste contemporain Olbram Zoubek et est composé d’une plaque de bronze et de 7 statues (plus que 6 depuis qu’une d’entre elles a été détruite lors d’un attentat à la bombe). Sur la plaque des inscriptions frappantes : « Victimes du communisme entre 1948 et 1989 : 205 486 condamnés, 248 exécutés, 4500 morts en prison, 327 morts à la frontière, 170 938 conduits à l’exil. » Ambiance. Quant aux statues, elles représentent la façon dont les prisonniers politiques ont été affectés par le communisme. La première est entière et puis plus notre regard monte les marches, plus les statues se désagrègent jusqu’à disparaître totalement. Ambiance (bis) ! 🙂

image

LE CHÂTEAU DE PRAGUE – Là-haut sur sa petite colline, le château de Prague est l’un des plus grands au monde et domine la ville aux 100 clochers (et bien plus encore ! (Essayez de ne pas penser à la chanson de Denver maintenant)). Je cite un touriste français présent ce jour pour qualifier la beauté du panorama que vous y trouverez :« Hé dis-donc Jacqueline, viens-là, ça c’est une photo à prendre ! » Ayantsubi plus de 1000 ans de transformations, je vous conseille de consulter les guides pour connaître l’histoire des différents palais, églises, obélisque, cours et jardins qui le composent. A midi, au niveau de la grille avec ces géants qui se battent contre l’envahisseur, a lieu la relève de la garde. A savoir qu’aujourd’hui, le château abrite toujours le bureau officiel du Président tchèque, dont le drapeau blanc flottant en indique la présence. Et puis rien de telle qu’une petite pause hot chocolate aux amandes sur la terrasse du Starbucks Coffee pour compter les clochers, si vous ne me croyez pas !

image

LES ŒUVRES DE DAVID CERNY (cf. Carte Google) – C’est simple, ce type est fou. Son art est absurde et drôle. Je suis fan ! La première que j’ai découverte est l’Homme suspendu, représentant Freud suspendu dans le vide. Et puis par hasard, je suis tombée sur Piss, deux hommes en train de satisfaire leurs petits besoins dans un bassin d’eau avec la forme à priori de la République Tchèque (la légende raconte qu’il y a un numéro de téléphone auquel nous pouvons envoyer un SMS qu’ils écrivent à la surface de l’eau grâce au mouvement de leur bassin. Je n’ai pas trouvé ce numéro … Mais j’aurais adoré !). Dans le Palais Lucerna (le premier passage de la ville), se trouve comme ça, là, accroché innocemment au plafond face à l’entrée de la salle de concert, le Cheval inversé (la même statue que sur la place Venceslas, mais avec un cheval suspendu par les pattes, Venceslas monté sur son ventre, retrouvez la photo plus bas). A l’ambassade d’Allemagne, on peut voir à travers la grille à l’arrière du bâtiment, à côté d’un ours rose fluo (WTF ?), Quo Vadis, une voiture Trabant montée sur des jambes…
Mon objectif à présent est de pouvoir trouver l’occasion de glisser au cours d’une conversation que mon artiste contemporain préféré est un artiste tchèque avec des idées un peu cheloues. Ça devrait plaire à ma belle-famille !

image

LES JARDINS SECRETS – Dans le quartier de Mala Strana, quartier chic de Prague, n’hésitez pas à vous rendre aux Palais et Jardin Wallenstein (cf. photo ci-dessus), siège du Sénat actuel, où se promènent des paons en liberté entre la fontaine, le mur de stalactites noirs, les statues ou encore la grotte artificielle.
Ce qui peut-être perçu depuis la rue comme l’entrée d’une galerie commerciale est en fait parfois l’entrée menant à des jardins cachés (ce que l’on appelle un passage) à l’abri de l’animation des rues adjacentes. Par exemple, par le plus grand des hasards je suis tombée sur les jardins franciscains, derrière l’église Notre-Dame des Neiges, où les moins franciscains cultivaient leurs plantes médicinales. Aujourd’hui, de nombreuses espèces de fleurs sont préservée dans ce petit coin de calme juste à côté de la place Vanceslas. Pour le retrouver, le passage est en face du Palais Lucerna.

image

LA PLACE VENCESLAS – Au Moyen-âge cette place était en fait un marché aux chevaux. Aujourd’hui une place commerçante, elle a été le lieu de plusieurs événements historiques marquants comme le défilé des chars russes en 1968 pour mettre fin au Printemps de Prague, la mort de Jan Palach, un étudiant qui s’immola par le feu un an plus tard pour protester contre l’occupation des troupes du pacte de Varsovie, ou encore les manifestations contre l’oppression communiste lors de la Révolution de velours. On y trouve en haut la statue équestre(avec un cheval à l’endroit, cette fois) de Venceslas, le Saint patron du pays, le Musée National ainsi qu’à son pied le mémorial de Jan Palach et Jan Zajic(qui s’est également immolé pour les mêmes raisons un mois plus tard) qui prend la forme de deux bosses (comme deux tas de cendres)(cf. photo ci-dessus) où s’entraînait au hip-hop ce jour là un groupe de jeunes.

image

LE LAMPADAIRE CUBISTE – Le seul au monde, et c’est une raison suffisante pour ne pas le rater !

image

LA MAISON DANSANTE – Au retour de mon excursion au château, j’ai choisi de longer la Vltava au moment du coucher de soleil jusqu’à atteindre ce chef d’oeuvre de Franck Gehry, afin de voir se refléter dans ses fenêtres les merveilleuses couleurs du ciel (et je vous recommande cette balade à ce moment-là). Etant aujourd’hui un immeuble de bureaux, de magasins et de cafés, la maison qui danse est aussi surnommée « Ginger & Fred » (ou encore la maison saoule) en raison de sa forme. L’homme, la tour raide (sans aucune allusion) semble tenir par la taille la femme, la tour courbée. Cet édifice représente l’état d’esprit du pays à la suite de la révolution de 1989 (construit avec un budget et une liberté artistiques presque illimités, AMEN).

CE QUI M’A DÉÇUE

image

LA MAISON MUNICIPALE – Voyager c’est pour moi l’occasion de découvrir un endroit que je ne connais pas et de faire des choses que je n’ai jamais faites. Les tchèques étant réputés pour leur talent en musique classique, j’ai décidé d’aller voir les Quatre Saisons de Vivaldi dans ce bâtiment qui me semblait être l’endroit idéal ! ERREUR. Cet endroit construit à l’origine par des tchèques pour les tchèques est aujourd’hui rempli de touristes. Le concert était dans une salle au sous-sol, mal isolée, collée au restaurant d’à côté d’où résonnait le son de l’accordéon … Les musiciens ont été à la hauteur, mais le lieu n’était pas celui que je vous recommanderais pour ce type d’expérience. En revanche, les cathédrales ou les théâtres proposent également ce type de concerts. Peut-être est-ce une meilleur option à choisir ?

CES ENDROITS QUE J’AI RATES

image

LE QUARTIER JUIF (JOSEFOV) – Me concernant c’était un échec. En tant qu’hôtesse de l’air complètement décalée sur un point de vue temporel, la lumière n’était pas allumée à tous les étages de mon cerveau quand j’ai planifié de le visiter le 3ème jour de mon séjour… Qui se trouvait être un samedi, jour de Shabbat ! Bref. J’aurais aimé pourtant voir le plafond de la synagogue espagnole, le mémorial des juifs tchèques et moraves dans la synagogue Pinkas ainsi que le cimetière juif que je n’ai pus voir que de l’extérieur.

image

GRIMPER EN HAUT D’UNE TOUR – Afin d’admirer la ville depuis une altitude différente, j’aurais aimé grimper par exemple en haut de la tour Poudrière ou encore de l’Ancien hôtel de ville en haut de l’horloge astronomique.

image

LES ŒUVRES DE DAVID CERNY – En tant que fan absolue, je me dois de voir le reste de ses œuvres comme : les bébés qui grimpent sur la Tour de transmission de Zizkov, à la Galerie Futura (d’art contemporain), cette sculpture de fesses que l’on peut atteindre à l’aide d’une échelle pour en voir l’intérieur (je m’abstiendrai d’en parler à la belle-famille, car oui, vous avez bien compris l’échelle conduit à l’anus de cette personne penchée), et cette vidéo du Président tchèque Vaclav Klaus et l’ancien directeur de la galerie nationale se donnant la petite cuillère, ou encore Meet Factory et notamment l’extérieur du bâtiment industriel avec les voitures qui dégoulinent sur les façades (et par la même occasion les œuvres des street artists au même endroit).

LE MUSÉE DU COMMUNISME – Que je n’ai pas réussi à trouver … Aux alentours de Mango !

image

LES JARDINS SOUS LE CHÂTEAU – Maintenant que j’ai compté les clochers, je boirais mon hot chocolate en descendant les jardins sous le château pour redescendre la colline sans prendre le même chemin que pour y monter.

LA TOUR DE PETRIN & SON PARC – Pour voir la réplique miniature (60m) de la Tour Eiffel et embrasser mon amoureux sous la statue de Karel Hynek Macha (tradition oblige) dans ce parc – parait-il – romantique ou encore me rendre au mur de la faim.

INFOS PRATIQUES

ARGENT – A l’arrivée pensez à retirer des crowns, la monnaie locale (la couronne tchèque ou koruna) car tous les commerçants n’acceptent pas les euros et quand bien même ils le font, ils appliquent eux-même leur propre taux de change (à votre avantage, ou pas). A noter que 4000Kc (environ 150€) m’ont suffit pour ces 5 jours.

LOGEMENT – L’Old Prague Hostel réservé sur Hostelworld.com (44€ les 4 nuits, breakfast inclus) m’avait été conseillé et je ne peux que vous le recommander à mon tour, notamment pour son emplacement en plein centre-ville dans le vieux Prague (comme son petit nom l’indique). C’est une des raisons pour lesquelles j’ai pu TOUT faire à pieds ! Le fait que John Snow m’attendait à la réception avec ses cheveux bouclés effet mouillés, sa petite barbe de quelques jours et son accent anglais bien grassouillet n’a rien gâché. En revanche ne pouvant pas prévoir la colonie de vacances d’ados allemands ou encore les roommates qui ronflent, je ne peux rien vous garantir en termes de calme absolu. Un endroit pour moi irréprochable pour y passer la nuit et avoir un peu d’intimité pour se doucher.

MANGER

U RUDOLFINA – Pour du local, c’est du local ! 🙂 Des tables de 6 séparées par des portes manteaux dans la salle du sous-sol, voilà l’ambiance. Vous ne mangerez donc pas seul ! La plupart des clients sont des tchèques parlant tchèque, comprenant donc la carte écrite uniquement en (guess what) tchèque ! Mais Google Translator pourra vous aider ainsi que vos voisins de table qui vous proposeront peut-être une traduction et quelques conseils sur les spécialités locales comme le goulache (gulas).

BAKESHOP – A l’heure du petit déjeuner, dans cette boulangerie vous saurez forcément combler votre appétit parmi tous les produits qu’ils proposent. Si je n’ai pas été fan du Cookie aux flocons d’avoine et aux raisins j’ai en revanche été comblée par le chocolat chaud ! Ils proposent également des soupes, tartes, etc.

HOME KITCHEN – Un endroit original. Le concept ? Pas de carte de menus, les plats changent en fonction des jours, des saisons et ils sont exposés tels qu’ils seront servis (en version secs et ramollis, comme si les jurés de Master Chef avaient oublié de les goûter). Choisissez celui qui vous plaît le mieux, commandez et payez en partant ! J’ai testé le bouillon de poulet (un régal) et le gâteau meringué au chocolat (un régal bis).

FAST-FOOD – Sur les marchés, dans la rue piétonne, sur la place Vanceslas, vous trouverez les grands classiques de la nourriture rapide pragoise comme les cornets de chips ou encore les sandwichs à la saucisse pragoise. De quoi profiter des spectacles de rue qui se déroulent devant vos yeux en mangeant !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s