Non classé

SICILE – la mer, les grecs et des volcans

Sicile, la plus grande île de Méditerranée. La destination s’est imposée d’elle-même et elle a bien fait ! Alors les imprévus ont été aussi nombreux que les spots incontournables et je dois avouer que je n’y suis pas pour rien MAIS à la façon du père Castor, au moins je serai ravie de les partager avec mes petits enfants, au coin du feu en dévorant ma charlotte aux fraises inratable, et je trouve déjà ça génial ! Now, please, take a seat and prepare for departure.

image

D’abord, l’île étant, du coup, relativement vaste avec des spots qui nous intéressaient aux quatre coins, nous avons opté pour l’option itinérante avec réservation d’une voiture et des hébergements différents chaque nuit (itinéraire Google en bas de l’article). C’était notre première bonne idée !

Je passe rapidement sur notre arrivée retardée de quelques heures, ainsi que le fait que nous ayons pensé à tort que le loueur de voitures nous attendrait à cette heure tardive (2:00 am), que nous ayons du faire appel au gérant du B&B pour venir nous chercher et que nous ayons alors déjà pris du retard sur le départ … BREF. Nous avons passé notre première nuit au Kunesias à Cinisi, à proximité de l’aéroport de Palerme, et un breakfast et notre carrosse en mains plus tard, nous avons filé tout droit vers le premier endroit paradisiaque qui nous attendait.

Tonnara di Scopello, dans la province de Trapani à l’ouest de l’île. C’est en fait une des plus importantes propriétés historiques de la Sicile destinée jusqu’en 1984 à la pêche du thon. Beaucoup d’autres pêcheries existaient sur l’île, mais toutes ont été envahies par les commerces ou ont perdu leur âme initiale. Sauf celle-ci, où les héritiers des familles fondatrices l’ont volontairement préservée. Je vous laisse apprécier par la photo ci-dessous l’intérêt de s’y arrêter faire une petite pause ! A noter qu’il n’y a (donc) pas de commerce, mais grâce aux distributeurs de boissons vous pouvez trinquer au thé citron au bord d’une eau couleur lagon. Si c’était à refaire, je ferais la visite guidée en plongée du musée archéologique sous-marin que propose le site.

Tonnara di Scopello - Sicile
Tonnara di Scopello – Sicile

Notre chemin s’est poursuivi ensuite en direction de Trapani, la ville la plus proche du continent africain, connue pour ses activités liées à l’extraction et la commercialisation du sel, ainsi que la pêche, l’extraction et le commerce du marbre, ou encore le travail du corail. Ce n’est pas le coin qui nous a le plus plu mais je pense que nous ne nous sommes pas assez penchés sur la question.

Trapani
Trapani – Sicile

En revanche, si c’était à refaire j’irais plutôt explorer les alentours comme le village d’Erice qui surplombe la ville avec son sanctuaire d’Aphrodite et auquel Trapani a servi de port aux origines de cette forteresse, à l’époque de la Grande Grèce. J’irais aussi prendre ma revanche sur les îles éoliennes (cf. plus loin dans l’article) en me rendant sur les îles Egades, ou j’irais faire un tour dans les réserves naturelles de marais salants ou celles du Zingaro.

En route pour la prochaine étape, nous avons arrêté notre carrosse à Segesta, une ancienne cité grecque du Vème siècle avant JC. Peuvent s’observer à ce jour le temple qui n’aurait à priori pas été détruit comme le reste de la ville car non achevé et non dédié à un Dieu, ainsi que le théâtre d’où la vue est simplement sublime. (2)

Le temps de Sigesta - Sicile
Le temple de Segesta – Sicile
théâtre de sigesta - sicile
Vue depuis le théâtre de Segesta – Sicile

Nous avons repris la route et nous nous sommes rendus à Cefalu, au nord. Autant vous le dire tout de suite, ce petit coin de Sicile vaut vraiment le détour. Vraiment. Mais ce soir là, il nous a beaucoup déçus. Premier match de coupe du monde de rugby : France VS Italie. Nous avions planifié de manifester très fort notre joie dans un bar entourés d’italiens (manifestant tout aussi fort leur colère et leur tristesse), avec de la bière et tout et tout. Un moment que nous attendions avec impatience. ERREUR FATALE ! Nous avons cherché pendant toute la durée du match pour finalement trouver deux bars « sport » proposant un tout autre programme : Palerme VS Milan. DU FOOT ! Comment oser ?! BREF. Sur cet échec dont nous n’étions cette fois pas responsables, nous nous sommes résolus à manger quelque chose quelque part (plus rien n’avait alors d’importance face à ce sacrilège et cette immense déception … Et je n’exagère absolument pas ! Accessoirement, le hasard nous a conduits sur la place de la cathédrale, je crois qu’on pouvait faire pire) avant de rentrer à La Petite Maison, notre lieu de récup’ après une déjà bien jolie journée malgré tout. Lot de consolation au réveil : la vue depuis le vélux sur la ville, entre la mer et la Rocca, cette mini-montagne qui lui donne tout son charme. Après une rapide visite, de jour cette fois, des ruelles médiévales toutes aussi jolies les unes que les autres, du lavoir alimenté par une source d’eau naturelle, de la cathédrale (une des plus belles de Sicile) ainsi que de la plage, nous avons poursuivi notre chemin vers Syracuse (Siracusa). Si c’était à refaire, j’envisagerais de voir de façon plus approfondie, Cefalu et ses alentours.

La plage de Cefalu - Sicile
La plage de Cefalu – Sicile

Direction : le sud-est ! S’il y a bien deux choses à voir àSyracuse, je pense que nous avons bien géré le dossier.

D’abord, en périphérie se trouve le parc archéologique Néapolis avec notamment le théâtre antique le plus vaste de l’île taillé à même la roche (celui-là même que fréquentaient Platon, Pindare et Euripide. Oui, monsieur/madame !)mais également la Latomia del Paradisio appelée aussi l’oreille de Dionysos (une sorte de grotte immense, haute de 23m) en raison de son acoustique impressionnante. Un endroit bluffant. L’amphithéâtre était en travaux à ce moment-là et fermé au public mais je pense que c’est un monument qui vaut son petit coup d’œil. Comptez 3€ pour le parking et 10€ par personne pour l’accès au parc.

Le théâtre grec de Syracuse - Sicile
Le théâtre grec de Syracuse – Sicile

Ensuite Ortygia, l’île sur laquelle se situe le centre historique (où s’était enfermé le tyran Dénys dans son château pour ne pas être assassiné) est clairement l’endroit à ne pas rater. Entre influences grecques et musulmanes, autant dire que chaque endroit où se porte votre regard est soit magnifique, soit atypique, soit les deux à la fois. Dans tous les cas, cette île qui ne donne pas l’impression d’en être une est chargée d’histoire et ça se sent !

Il duomo de Syracuse - Sicile
Il duomo de Syracuse – Sicile

Les spots à ne pas rater sont assez proches pour que vous puissiez tous les voir en un après-midi : le duomo évidemment, mais également le temple d’Apollon, la fontaine d’Aréthuse par exemple, le château Maniace ou encore la vue sur la baie.

La vue de la baie de Syracuse - Sicile
La vue de la baie – Syracuse – Sicile

Sur le chemin de Milazzo nous nous sommes arrêtés à Taormine où vous pourrez voir ce que, nous, nous avons raté (car fermé après 19h) : le théâtre grec transformé en arène par les romains, symbole de la ville, qui offre une vue imprenable sur la mer. Cependant nous en avons profité pour nous dégourdir les pattes dans les ruelles et … C’était quand même bô !

Taormine
Taormine – Sicile

Menacés par l’orage, nous avons continué notre route vers Milazzo, qui était notre point de départ le lendemain pour les îles éoliennes. Après un repas dans un espèce de routier italien (so glam), sous le déluge nous avons regagné notre chambre au B&B via Nazionale (proche du péage, donc pas l’endroit le plus glam, là encore, que l’on puisse voir mais l’accueil y était irréprochable) et nous avons appris que les navettes prévues pour le lendemain matin n’étaient pas sûres de partir en raison des conditions météo !

Milazzo - Sicile
Milazzo – Sicile

C’est donc aux alentours de midi le lendemain que nous nous sommes rendus au port. Prochain départ à 14h, nous avons profité de ces quelques minutes de répit pour monter quelques marches et aller admirer la vue panoramique au château médiéval.

Le château de Milazzo - Sicile
Le château de Milazzo – Sicile

Et puis, sereins, nous avons regagné le port et notre bateau. ATTENTION (si je pouvais faire clignoter ce texte en rose fluo, je le ferais) ! C’est là qu’intervient ma plus grosse boulette du séjour (mais je suis hôtesse de l’AIR, moi, la mer c’est pas mon domaine).Sachez que deux types de bateaux font la navette entre Milazzo et les îles éoliennes : les ferries et les hydrofoils boats (que j’appellerai des petits bateaux, pour le confort de tous et avant tout le mien). Si les petits bateaux atteignent la première île (Vulcano) en moins d’une heure, il faut plusieurs heures pour les ferries, qui sont les seuls à naviguer en cas de mer agitée. Sachez également que, par conséquent, les départs des ferries sont moins fréquents (vraiment moins) que ceux des petits bateaux. Si cela permet d’admirer le paysage, cela peut aussi nuire fortement au bon déroulement de votre programme !

Vue depuis le ferry en direction de Vulcano - Îles éoliennes
Vue depuis le ferry en direction de Vulcano – Îles éoliennes

Sachez également qu’un beau ciel bleu et un soleil bien présent ne sont pas les signes d’une mer clémente… Sachez-le parce que grâce (j’insiste sur le « grâce) à moi, nous sommes restés bloqués sur l’île (WOUHOU !). Oui parce que les billets retour sont à prendre dans les guichets de l’île où vous vous rendez et en partant à 14h ne prévoyez pas de prendre le dernier ferry qui part à 17h. Il sera déjà parti quand vous arriverez (mon moi intérieur était ravi que mon autre moi plus pragmatique n’ait pas pensé à demander le temps de trajet, en fait). Parce que dans le monde des Bisounours dans lequel je vis, la vendeuse de billets m’aurait avertie, mais non, she didn’t! Je ne saurais donc que vous conseiller de préparer cette expédition pour éviter ce type d’imprévus (même si, moi, j’aime bien les imprévus, ça ne plait pas toujours à ceux qui vous accompagne héhé).

image

Donc. Arrivés à Vulcano, changement de programme imminent : annulation de l’hôtel de Palerme, annulation de la remise des clés de la voiture, réservation en dernière minute d’un hôtel sur place, la résidence Le Palme (idéalement placée au pied du cratère et plutôt très très sympa comme endroit, soit dit en passant) sans autres affaires que nos baskets et nos sacs à dos et nous n’avions plus qu’à profiter de cet endroit paradisiaque sur lequel nous avait conduit le destin (et accessoirement ma fâcheuse (ou pas) tendance à « aller d’abord » et « voir ensuite »).
Nous venions dans un but très précis : voir le cratère du Vulcano au plus près. Après une ascension (accessible à tous, mais avec une tenue adaptée) de quelques centaines de mètres de dénivelé (qu’avait faite Maupassant à son époque, et qu’il raconte dans une chronique intégrée à son oeuvre La vie errante (1890)) : objectif atteint !

L'ascension du cratère du Vulcano - Iles éoliennes
L’ascension du cratère du Vulcano – Iles éoliennes
image
image

Coucher de soleil sur les îles éoliennes, odeur de souffre (une sorte d’odeur d’œuf pourri vraiment prononcée, et d’une couleur jaune), fumerolles en pleine activité, d’un côté le vide et le côté noir du cratère, de l’autre la vue imprenable sur la mer Tyrrhénienne, nous voilà face à un des plus beaux paysages qu’il est permis de voir (je n’exagère toujours pas) ! Inutile d’en dire plus, je vous laisse juger, là encore, par vous-même.

Après en avoir fait le tour, construit un cairn et pris en vain quelques selfies ainsi qu’une bonne centaine de photos, nous sommes allés fêter ça avec des mojitos entourés par les mosquitos et notre aventure s’est finalement plutôt bien achevée. A ce détail près : forts de notre expérience la veille avec le ferry, nous avions prévu de prendre le premier, celui qui partait à l’aube … et nous l’avons raté !

ferry vulcano
C’est lui, au fond, qui s’en va

Mais c’était pour mieux rejoindre la côte mon enfant. La météo étant plus clémente, nous avons pu prendre la navette suivante qui faisait un détour par Lipari (les petits bateaux naviguaient à nouveau, alléluia) et nous diriger vers notre dernière étape.

Lipari vue depuis le petit bateau
Lipari vue depuis le petit bateau

Palerme. Écourtée par la force des choses, notre visite a principalement tourné autour de ce qu’il ne faut surtout pas rater dans cette ville : la cathédrale de style arabo-normand. L’une des plus belles de l’île. Elle abrite aujourd’hui les tombes de plusieurs empereurs ou rois de Sicile dans ses chapelles décorées de pierres précieuses ainsi que des tombeaux et des sarcophages datant de l’époque romaine. Entre autel plaqué d’argent, portail en bronze, décorations complexes, des pièces en marbre, la cathédrale de Palerme est gigantesque, impressionnante, magnifique.

cathédrale de palerme - sicile
La cathédrale de Palerme – Sicile

C’est ici et ainsi que s’est achevé notre court, mais ô combien intense, séjour en Sicile. Une île pleine de richesses, d’histoire, de paysages fantastiques et variés sur laquelle je reviendrai !

Si vous y êtes allés, si vous aimeriez y aller, n’hésitez pas à laisser ici une petite trace de votre passage : spots, conseils, tout. Je prends tout !

<a href="http:// »&gt;


INFOS PRATIQUES 
(1) Tonnara di Scopello : L’entrée est payante à hauteur de 3,50€/personne
(2) Le parc archéologique Néapolis de Syracuse : Accès aux lieux à 6€/personne, 1€ de plus si vous optez pour la montée en bus du kilomètre qui mène au théâtre
Les îles éoliennes : Comptez 12,30€ l’aller en ferrie jusqu’à Vulcano, 13,90€ le retour en petit bateau. Le parking au port de Milazzo pour environ une journée au total nous a coûté 12€
La voiture de location nous a coûté environ 150€ pour 4 jours avec Maggiore.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s